-
Héraldique européenne... le blog Armorial des Cardinaux Manuel d'héraldique ecclésiastique Armorial des Maréchaux de France Armorial du Premier Empire Manuel d'héraldique napoléonienne Armorial des communes de France Armorial des Arts et Sciences Armorial des rues de Paris Armorial de l'Ordre de l'Aigle noir Armorial de l'Ordre de l'Annonciade Armorial de l'Ordre du Chardon Armorial de l'Ordre de la Jarretière Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit Armorial de l'Ordre de Saint-Louis Armorial de l'Ordre de la Toison d'Or Armorial des Chevaliers de la Table ronde

Rechercher sur mes blogs

 
Pour plusieurs arrondissements, je commence à arriver au bout des lieux auxquels j'ai pu associer des armoiries.
Si vous avez des idées d'ajouts, n'hésitez pas à m'en faire part,
avec l'onglet "Suggestions".
Merci d'avance.
Par ailleurs, vos commentaires sont toujours les bienvenus.
 
Pour rappel, l'accès rapide et la navigation entre mes différents blogs s'effectuent aisément par l'intermédiaire des icônes reprises systématiquement juste au-dessus du titre principal de chacun des blogs.


Pour rappel aussi, les publications peuvent être postées sur n'importe lequel de ces blogs, selon mon humeur. Pensez à faire un tour régulier sur chacun d'eux.

Clos-Feuquières (square du)

Ce parc de 14,5 ha, ouvert en 1972, sur une partie des jardins du Marquis de Feuquières, reprend le nom de la rue éponyme voisine.


Antoine de Pas
(Paris, 1648 - 1711)
Marquis de Feuquières
Maréchal de Camp (1689), puis Lieutenant Général (1693)


La Bourdonnais (avenue de)

Cette voie ouverte en 1770, au voisinage de l'Ecole Militaire, porte depuis l'origine le nom de cet officier de marine et administrateur colonial, qui s'est notamment distingué aux Indes, lors de la prise de Madras (1746).


Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais
(Saint-Malo, 11 février 1699 - Paris, 10 novembre 1753)
Seigneur de la Bourdonnais
Gouverneur-Général des Mascareignes (1733, pour la Compagnie des Indes)


Amiral-de-Grasse (place de l')

C'est en 1978 que cette place est détachée de la Place des Etats-Unis, pour recevoir le nom de cet officier de marine dont le nom reste particulièrement attaché à la Guerre d'Indépendance américaine.


François Joseph Paul de Grasse
(Le Bar-sur-Loup, 13 septembre 1722 - Tilly, 11 janvier 1788)
"Marquis" de Tilly, Comte de Grasse
Chef d'Escadre (1778), puis Lieutenant-Général des Armées navales (1781)


Saint-Antoine (rue)

Cette vieille rue de Paris doit son nom à ce qu'elle menait à l'Abbaye de Saint-Antoine-des-Champs, reconvertie en hôpital depuis la Révolution.

Abbaye de Saint-Antoine-des-Champs


Père-Teilhard-de-Chardin (place du)

C'est en 1981 que cette place reçoit le nom de l'un des plus grands philosophes chrétiens du XXe siècle.
Depuis 1978, une rue du 5e arrondissement rend également hommage à cet ecclésiastique.

Pierre Teilhard de Chardin
(Orcines, 1er mai 1881 - New York, 10 avril 1955)
Jésuite
Membre de l'Académie des Sciences (1950)


Rougemont (Cité)

Cette petite voie reprend le nom de la rue sur laquelle elle débouche.


Denis de Rougemont
(Paris, 25 janvier 1759 - Löwenberg, 4 août 1839)
Banquier


Camoëns (avenue de)

Ouverte en 1904, cette voie rend hommage dès l'origine à celui qui est généralement considéré comme l'un des plus célèbres poètes portugais. Son oeuvre la plus connue demeure l'épopée des Lusiades.


Luís Vaz de Camões
(v.1525 - Lisbonne, 10 juin 1580)
Poète


Clos-Feuquières (rue du)

Membre d’une illustre famille protestante convertie, ayant notamment fourni des militaires et des diplomates, le Marquis de Feuquières possédait ici un château. Son entrée principale se situait à la hauteur du 10 de la Rue Desnouettes, et ses jardins s’étendaient entre les Rues Saint-Lambert et de la Croix-Nivert jusqu’à la Rue Lecourbe.


Antoine de Pas
(Paris, 1648 - 1711)
Marquis de Feuquières
Maréchal de Camp (1689), puis Lieutenant Général (1693)


Frochot (avenue)

Cette voie reprend le nom de la rue voisine éponyme.


Nicolas Thérèse Benoît Frochot
(Dijon, 20 mars 1761 - Rouvres-sur-Aube, 29 juillet 1828)
Chevalier Frochot et de l'Empire (1808),
puis Comte Frochot et de l'Empire (1808)
Conseiller d'Etat
Député de la Côte-d'Or (1799)
Préfet de la Seine (1800)
Préfet des Bouches-du-Rhône (1815)


Fossés-Saint-Jacques (rue des)

Cette voie est ouverte entre le milieu et la fin du XVIIe siècle sur l'emplacement des anciens fossés de l'enceinte de Philippe-Auguste situé à proximité de la Porte Saint-Jacques. Cette porte était le point de passage de nombreux pèlerins se dirigeant vers Saint-Jacques-de-Compostelle (Santiago de Compostela).


Saint-Jacques-de-Compostelle (Santiago de Compostela)
Capitale de la Communauté autonome de Galice

Danville (rue)

Ancienne Rue Saint-Pierre de la Commune de Montrouge, cette voie est rebaptisée en 1864 du nom du plus célèbre géographe et cartographe français du XVIIIe siècle.


Jean-Baptiste Bourguignon
(Paris, 11 juillet 1697 - Paris, 28 janvier 1782)
Seigneur d'Anville (Danville)
Géographe du Roi (1718)
Membre de l’Académie Royale des Inscriptions et Belles-lettres (1754)
Membre de l’Académie Royale des Sciences (1773)


Général-de-Langle-de-Cary (rue du)

Cette rue ouverte dans le cadre de la construction du Boulevard périphérique reçoit en 1972 le nom de ce général de la Guerre de 14-18.

Fernand Louis Armand Marie de Langle de Cary
(Pont-Scorff, 4 juillet 1849 - Paris, 19 février 1927)
 Général de Brigade (1900), puis Général de Division (1906)


Clotilde-de-Vaux (rue)

C'est en 1978 que cette voie reçoit le nom de celle qui demeure connue comme l'égérie et l'inspiratrice d'Auguste Comte, fondateur du Positivisme.

Clotilde Marie de Ficquelmont
( Paris, 3 avril 1815 - Paris, 5 avril 1846)
Madame de Vaux (1835)

 

Frochot (rue)

Cette voie ouverte en 1826 sous le nom de Rue Bréda, devient ultérieurement la Rue de Brack, puis la Rue de la Nouvelle-Athènes avant de prendre son nom actuel. Celui-ci rend hommage à cet ancien Préfet de la Seine, qui fut en particulier chargé par Napoléon Ier d'acquerir des terrains, hors des murs de Paris, pour les transformer en 4 nouveaux cimetières. Ils devaient ainsi former les Cimetière du Père-Lachaise, Cimetière de Montmartre, Cimetière du Montparnasse et Cimetière de Passy.


Nicolas Thérèse Benoît Frochot
(Dijon, 20 mars 1761 - Rouvres-sur-Aube, 29 juillet 1828)
Chevalier Frochot et de l'Empire (1808),
puis Comte Frochot et de l'Empire (1808)
Conseiller d'Etat
Député de la Côte-d'Or (1799)
Préfet de la Seine (1800)
Préfet des Bouches-du-Rhône (1815)


Daru (rue)

Ouverte en 1790 sous le nom de Rue de la Croix-du-Roule, cette voie est temporairement rebaptisée en 1796 Rue de Milan, avant de reprendre son nom d'origine en 1815. Il faut attendre 1867 pour qu'elle prenne son nom actuel, en hommage à celui qui fut notamment Ministre de la Guerre de Napoléon Ier.

Pierre Antoine Noël Mathieu Bruno Daru
(Montpellier, 12 janvier 1767 - La Becheville, 6 septembre 1829)
Comte de Daru et de l’Empire (1809),
Baron Daru et Pair de France (1819)
Membre de l’Académie Française (1806)
Membre de l'Académie des Sciences (1828)
Conseiller d’Etat
Intendant-Général de la Maison de l’Empereur (1811)
Intendant-Général honoraire de la Maison du Roi (1814)
Ministre d’Etat (1811),
Ministre de la Guerre (1813)


Amélie (rue)

Ouverte en 1772 comme voie privée, cette rue reçoit, en 1824, le prénom de la fille décédée de l'un des propriétaires riverains.
 Marie-Amélie Pihan de La Forest
(1808 - 1823)
Jeune fille


Tour-Saint-Jacques (square de la)

Ce parc de 6000 m² est ouvert en 1856 sur l'ancien emplacement de l'église Saint-Jacques de la Boucherie, dont il ne subsiste plus aujourd'hui que la Tour Saint-Jacques. Cette église était le lieu de rassemblement de nombreux pèlerins se dirigeant vers Saint-Jacques-de-Compostelle (Santiago de Compostela).


Saint-Jacques-de-Compostelle (Santiago de Compostela)
Capitale de la Communauté autonome de Galice

Rougemont (rue)

Cette rue est ouverte en 1844 sur l'emplacement de l'ancien hôtel du financier Rougemont, l'un des principaux actionnaires de la Banque de France.

Denis de Rougemont
(Paris, 25 janvier 1759 - Löwenberg, 4 août 1839)
Banquier


Washington (rue)

Cette rue ouverte en 1787, sous le nom de Rue de l'Oratoire du Roule, reçoit en 1879, le nom du premier Président des Etats-Unis, après avoir un temps porté le nom de Rue Billault.

 George Washington
(Comté de Westmoreland, 22 février 1732 - Mount Vernon, 14 décembre 1799)
Commandant-en-chef de l'Armée continentale (1775)
Président des Etats-Unis (1789)


Fontenoy (place de)

Cette place située en face de l'Ecole Militaire est ouverte en 1770. Elle rend dès l'origine hommage à la plus célèbre victoire française de la Guerre de succession d'Autriche. Dont le champ de bataille est situé sur le territoire actuel de la commune d'Antoing.

Antoing
Commune de la Province belge de Hainaut


Nevers (impasse de)

Ouverte dans le courant du XIIIe siècle, cette impasse reprend dans le courant du XVIIe siècle le nom de la rue éponyme voisine qu'elle prolonge.


Ludovic de Gonzague
(Mantoue, septembre 1539 - Nesle, 22 octobre 1595)
Prince de Mantoue, Duc de Nivernais (dit de Nevers) et Pair de France (1566),
Comte de Rethélois (dit de Rethel) et Pair de France (1573),
puis Duc de Rethélois (dit de Rethel) et Pair de France (1581)
Gouverneur du Nivernais (1566), de Picardie (1588), de Champagne (1589)
Surintendant des Finances (1594)

Père-Teilhard-de-Chardin (rue du)

Ouverte en 1978, cette voie reçoit quelques mois plus tard le nom de l'un des plus grands philosophes chrétiens du XXe siècle.
Depuis 1981, une place du 4e arrondissement rend également hommage à cet ecclésiastique.

Pierre Teilhard de Chardin
(Orcines, 1er mai 1881 - New York, 10 avril 1955)
Jésuite
Membre de l'Académie des Sciences (1950)


Marché-des-Blancs-Manteaux (rue du)

En 1817 est ouverte cette voie, afin de faciliter la circulation autour du Marché des Blancs-Manteaux, installé depuis 1813 à l'emplacement de l'ancien Hospice Saint-Gervais. Ce marché devait son nom à la proximité de l'ancien couvent éponyme.

Couvent des Blancs-Manteaux


Faubourg-Saint-Jacques (rue du)

Cette voie prolongeait extra muros, au-delà de la Porte Saint-Jacques, de l'enceinte de Philippe-Auguste, la Rue Saint-Jacques. Elle servait de point de passage à de nombreux pèlerins se dirigeant vers Saint-Jacques-de-Compostelle (Santiago de Compostela).


Saint-Jacques-de-Compostelle (Santiago de Compostela)
Capitale de la Communauté autonome de Galice

Este (villa d')

Située à proximité de la Place de Vénétie, cette voie privée ouverte dans le cadre de l'aménagement du Quartier de la Gare, reçoit en 1972 le nom de cette ville d'Italie.
Il est bien évident également que le choix de cet intitulé est aussi une référence au chef d’œuvre architectural éponyme de Tivoli, construit sur l'initiative du Cardinal d'Este à partir de 1550.

Este
Commune de la Région italienne de Vénétie.


Gabon (rue du)

C'est dès 1877, que cet ancien chantier des chemins de fer de la Petite Ceinture, reçoit le nom de ce fleuve africain, dont le bassin alors tout juste colonisé sera quelques années après intégré à l'Afrique-Equatoriale française, pour en 1960, être le cœur de l'état indépendant éponyme.



Gabon (République gabonaise)

Saint-Antoine (passage)

Cette petite voie doit son nom au voisinage de la Rue du Faubourg-Saint-Antoine, laquelle doit son nom à l'ancienne Abbaye de Saint-Antoine-des-Champs.


Abbaye de Saint-Antoine-des-Champs


Chaptal (cité)

Cette impasse reprend le nom de la rue éponyme sur laquelle elle débouche.

Jean-Antoine Claude Chaptal
(Nojaret, 5 juin 1756 - Paris, 29 juillet 1832)
Comte Chaptal et de l'Empire (1808),
puis Comte de Chanteloup et de l'Empire (1809)
Baron Chaptal et Pair de France (1822)
Membre de l'Académie des Sciences (1796)
Ministre de l'Intérieur (1800)
Sénateur de l'Empire (1804),
Pair de France (1815 et 1819)


Lavoisier (rue)

Cette voie est ouverte en 1837, dans le cadre du lotissement de l'ancien terrain de l'Hôtel de Rumford. Dès l'origine elle est dédiée au célèbre scientifique, souvent considéré comme le "Père de la chimie moderne" en même temps que l'une des victimes les plus emblématiques de la Révolution, condamnée à mort après le fameux "La République n'a pas besoin de savants ni de chimistes".


 Antoine Laurent de Lavoisier
(Paris, 26 août 1743 - Paris, 8 mai 1794)
Membre de l'Académie Royale des Sciences (1768)
Membre de la Société Royale de Londres
Chimiste, Philosophe et Economiste


Maréchal-Harispe (rue du)

C'est rue est ouverte en 1907, par détachement du Champ-de-Mars. Elle rend dès l'origine hommage à ce Maréchal de France, qui servit aussi bien après la Révolution que sous l'Empire, et reprit du service sous la Monarchie de Juillet.


Jean-Isidore Harispe
(Saint-Etienne-de-Baigorry, 7 décembre 1768 - Lacarre, 26 mai 1855)
Baron Harispe et de l’Empire (1808),
puis Comte Harispe et de l’Empire (1813)
Député des Basses-Pyrénées (1831),
Pair de France (1835)
Sénateur (1852)
Général de Brigade (1807), puis Général de Division (1809)
Maréchal de France (1851)


Nevers (rue de)

Vers 1650, cette voie qui jusque là s'appelait Rue des Deux-Portes, reprend le nom de l'hôtel particulier construit quelques années auparavant pour le Duc de Nevers, sur l'emplacement de l'ancien Hôtel de Nesle. Le bâtiment fut par la suite incorporé dans le Petit-Hôtel de Conti.


Ludovic de Gonzague
(Mantoue, septembre 1539 - Nesle, 22 octobre 1595)
Prince de Mantoue, Duc de Nivernais (dit de Nevers) et Pair de France (1566),
Comte de Rethélois (dit de Rethel) et Pair de France (1573),
puis Duc de Rethélois (dit de Rethel) et Pair de France (1581)
Gouverneur du Nivernais (1566), de Picardie (1588), de Champagne (1589)
Surintendant des Finances (1594)

Daubenton (rue)

Ouverte dans le courant du XIIIe siècle, cette voie porta longtemps le nom de Rue d'Orléans, ou Rue d'Orléans-Saint-Marcel. En 1864, elle reçoit le nom de ce naturaliste, à l'origine de l’essor du Cabinet de Curiosités du Roi, qui formera les bases du futur Muséum national d’histoire naturelle voisin. On notera par ailleurs que Daubenton était un collègue et ami de Buffon, dont la rue éponyme est également voisine.

Louis Jean-Marie d’Aubenton dit Daubenton
(Montbard, 29 mai 1716 - Paris, 31 décembre 1799)
Garde-démonstrateur au Cabinet du Roi (1745)
Professeur au Collège de France (1778)
Membre de la Société Royale de Londres (1755)
Membre de l'Académie des Sciences (1795)
Sénateur (1799)


Louis-XIII (square)

Créé en 1682, ce vaste jardin de 12706 m² occupe la partie centrale de la Place des Vosges, alors appelée Place Royale. Elle est ornée d'une grande statue équestre de Louis XIII, installée en 1825, pour remplacer celle datant de 1639, détruite à la Révolution.


Louis XIII le Juste de Bourbon
(Fontainebleau, 27 septembre 1601 – Saint-Germain-en-Laye, 14 mai 1643)
Prince de France
Dauphin du Viennois (1601),
puis Roi Louis de France et de Navarre (1610)


Cronstadt (villa de)

Cette voie ouverte en 1893 reprend le nom de cet important port militaire russe. Dans le cadre de l'Alliance Franco-Russe, la flotte française avait été brillamment reçue en 1891 dans ce port par la flotte russe.
Il existe dans le XVe arrondissement une Rue de Cronstadt baptisée pour les mêmes raisons.

Kronstadt
Ville de la Fédération de Russie


Marché-Ordener (rue du)

Ouverte en 1891, cette voie reprend le nom du marché voisin, lequel devait lui-même son nom à la rue éponyme voisine.



Michel Ordener
(L'Hôpital, 2 septembre 1755 - Compiègne, 30 août 1811)
Comte Ordener et de l'Empire (1808)
Général de Brigade (1803), puis Général de Division (1805)
Premier Ecuyer de l'Impératrice (1806)
Sénateur de l'Empire (1806)


Bugeaud (avenue)

C'est en 1864 que l'avenue reçoit le nom de celui dont on se souvient notamment pour son action dans la pacification algérienne.


Thomas Robert Bugeaud
(Limoges, 15 octobre 1784 – Paris, 10 juin 1849)
Marquis de La Piconnerie, Duc d’Isly (1844)
Gouverneur-Général d’Algérie (1840)
Maréchal de Camp (1831), puis Lieutenant-Général (1836)
Maréchal de France (1843)


Général-de-Larminat (rue du)

Ce Résistant de la première heure, contribuera entre-autres, au ralliement du Moyen-Congo à la France-Libre, organisera les défenses à Bir-Hakeim, puis à la tête de la 1re Division de la France Libre, participera avec Juin puis de Lattre aux opérations en Italie et en Provence. Bien après la guerre, les événements d’Algérie le sortiront en 1962, pour son malheur, de sa retraite.


Edgard de Larminat
(Alès, 29 novembre 1895 – Paris, 1er juillet 1962)
Général de Brigade (1941), puis Général de Division (1942),
puis Général de Corps d’Armée (1943), puis Général d’Armée (1953)
Gouverneur Général de l’AEF (1940)
Chef d’Etat-Major-Général des FFL (1943)
Inspecteur Général des Troupes d’Outre-Mer (1945)


Tour-de-Vanves (passage de la)

Cette voie menait autrefois à un important moulin de Vanves, habituellement connu sous le nom de Tour de Vanves.

Vanves
Commune du département des Hauts-de-Seine


Vénétie (place de)

Cette place privée, ouverte à l'occasion de l'aménagement du Quartier de la Gare, reçoit le nom de cette région italienne, en référence aux campagnes napoléoniennes de l'armée d'Italie, dans ce qui était alors la République de Venise. Souvenons-nous que le quartier de la Porte d'Italie est tout proche.

République de Venise

Chaffault (rue du)

Ancienne Rue de l'Amiral-Courbet de la Commune de Saint-Mandé, cette voie est rattachée à la Ville de Paris en 1929. Une autre Rue de l'Amiral-Courbet existant déjà dans le XVIe arrondissement, celle-ci est rebaptisée en 1932 du nom de cet autre grand marin, héros de la Guerre d'Indépendance américaine, qui comme un certain nombre de ses camarades finit ses jours dans une prison de la Révolution française.


Louis-Charles Du Chaffault de Besné
(Nantes, 29 février 1708 - Nantes, 27 juin 1794)
Comte du Chaffault, Seigneur de Chambreton, de Meslay, de la Goyére
Chef d'Escadre (1764), puis Lieutenant-Général des Armées navales (1777)


Malte (rue de)

Cette voie est ouverte en 1780 par le Comte d'Artois, futur Charles X, sur des terrains appartenant au Grand-Prieuré de France, dont le siège était au Temple. Le Comte d'Artois était à l'époque Grand-Prieur de France.

Charles Philippe de Bourbon
(Versailles, 9 octobre 1757 - Goritz, 6 novembre 1836)
Comte d’Artois (1757), Duc d’Angoulême et Pair de France (1773), Duc d’Auvergne et Pair de France (1773), Duc de Mercœur et Pair de France (1773), Comte de Poitou et Pair de France (1778), Duc de Berry et Pair de France (1776), Duc de Châteauroux et Pair de France (1778), Comte de Ponthieu et Pair de France (1778), Enfant de France
Colonel-Général des Suisses et des Grisons (1771)
Roi Charles X de France (1824),
puis Chef de la Maison royale (1830, sous le titre d’attente de Comte de Ponthieu)



Chaptal (rue)

Ouverte en 1825 sur un terrain appartenant à sa famille, cette rue prend dès l'origine le nom de chimiste et homme politique français. Son nom reste bien entendu associé au procédé de chaptalisation, visant à augmenter le degré d'alcool du vin par ajout de sucre, mais ses travaux et recherches portèrent aussi sur divers procédés industriels, comme  l'améliaration la production de l’acide chlorhydrique. Au niveau politique il fut notamment Ministre de l'Intérieur sous le Consulat.

Jean-Antoine Claude Chaptal
(Nojaret, 5 juin 1756 - Paris, 29 juillet 1832)
Comte Chaptal de Chanteloup et de l'Empire (1808)
Baron Chaptal et Pair de France (1822)
Membre de l'Académie des Sciences (1796)
Ministre de l'Intérieur (1800)
Sénateur de l'Empire (1804), Pair de France (1815 et 1819)


Louis-XVI (square)

Ce jardin de 4184 m² est établi en 1865 autour de la chapelle expiatoire, inaugurée en 1826, à la mémoire de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Celle-ci a été construite sur l'emplacement de la première sépulture du couple après leur exécution.

Louis XVI de Bourbon
(Versailles, 23 août 1754 - Paris, 21 janvier 1793)
Prince de France
Duc de Berry (1754), puis Dauphin du Viennois (1765),
puis Roi de France et de Navarre (1774),
puis Roi des Français (1791)


Santiago-du-Chili (square)

Ce jardin de 3826 m², ouvert en 1865, porte dès l'origine le nom de la capitale chilienne.
Plus exactement, il reprend le nom de la place sur laquelle il se trouve, laquelle portait jusqu'en 2003 le nom de la capitale chilienne. A cette date, la place est débaptisée pour des raisons politiques, malgré l'opposition du Conseil d'Arrondissement et des riverains, pour prendre le nom de Place Salvador-Allende, le conservant cependant son nom d'origine.

Santiago (Santiago du Chili - Santiago de Chile)
Capitale de la République du Chili


Montfaucon (rue de)

Ouverte en 1724, sous le nom de Rue de Bissy, elle prend son nom actuel en hommage à ce fameux érudit de la Congrégation de Saint-Maur, souvent considéré comme l'un des fondateurs de l'archéologie et de la paléographie. Il séjourna longtemps à l'Abbaye de Saint-Germain-des-Prés, où d'ailleurs il décéda, ce qui explique le choix de ce nom de rue.

Bernard de Montfaucon
(Soulatgé, 16 janvier 1655 - Paris, 21 décembre 1741
Membre de l'Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres (1719)


Saint-Jacques (rue)

Depuis l'église Saint-Jacques de la Boucherie, dont il ne subsiste plus aujourd'hui que la Tour Saint-Jacques, cette rue menait à la Porte Saint-Jacques de l'enceinte de Philippe-Auguste, laquelle servait de point de passage à de nombreux pèlerins se dirigeant vers Saint-Jacques-de-Compostelle (Santiago de Compostela).


Saint-Jacques-de-Compostelle (Santiago de Compostela)
Capitale de la Communauté autonome de Galice

Cloître-Saint-Merri (rue du)

Cette très ancienne voie parisienne, ouverte depuis au moins le XIVe siècle, devait son nom au cloître de la Collégiale Saint-Mérri voisine qu'elle longeait. Le cloître a disparu dans le courant du XVIe siècle, mais l'église toujours présente est maintenant le siège d'une paroisse, en même temps qu'un lieu mondialement connu pour ses orgues.
Chapitre de la Collégiale Saint-Merri


Feuillants (terrasse des)

Cette grande allée en terrasse du Jardin des Tuileries, suit en parallèle la Rue de Rivoli. Elle longeait l'arrière du Couvent des Feuillants, entièrement détruit après la Révolution, dont l'entrée principale était située sur la Rue Saint-Honoré, près de l'angle de la Rue de Castiglione. Son cloître et ses jardins rejoignaient l'ancien Manège des Tuileries, détruit lors de l'ouverture de la Rue de Rivoli.
Ce couvent était occupé par des moines cisterciens réformés, dits "Feuillants".

Monastère royal des Feuillants


Louise-de-Marillac (square)

Ce jardin de 1432 m² est ouvert en 1862. Il rend hommage à cette proche de Saint Vincent de Paul, qui fut la fondatrice et première Supérieure-Général de l'Ordre des Filles de la Charité.

Sainte Louise de Marillac
(Mauriac, 12 août 1591 - 15 mars 1660)
 Madame Le Gras (1613),
puis Madame veuve Le Gras (1625) par son mariage
Fondatrice et Supérieure-Général de l'Ordre des Filles de la Charité (1642)


Cronstadt (rue de)

Cette voie ouverte en 1895, reçoit en 1897 le nom de cet important port militaire russe. Dans le cadre de l'Alliance Franco-Russe, la flotte française avait été brillamment reçue en 1891 dans ce port par la flotte russe.
Il existe dans le XIXe arrondissement une Villa de Cronstadt baptisée pour les mêmes raisons.

Kronstadt
Ville de la Fédération de Russie


FACEBOOK

Héraldique européenne et l'ensemble de mes blogs associés ont maintenant leur page Facebook officielle.
Retrouvez toute l'actualité de mes blogs à l'adresse suivante :

https://www.facebook.com/pages/Héraldique-européenne/602489059772729

Arnaud BUNEL

 

YOUTUBE

Héraldique européenne et l'ensemble de mes blogs associés ont maintenant leur chaine Youtube officielle.
Retrouvez toute mes vidéos héraldiques à l'adresse suivante :

https://www.youtube.com/channel/UCJYgvdR-bYPaz3jTBbPhT6g

Arnaud BUNEL