-
Héraldique européenne... le blog Armorial des Cardinaux Manuel d'héraldique ecclésiastique Armorial des Maréchaux de France Armorial du Premier Empire Manuel d'héraldique napoléonienne Armorial des communes de France Armorial des Arts et Sciences Armorial des rues de Paris Armorial de l'Ordre de l'Aigle noir Armorial de l'Ordre de l'Annonciade Armorial de l'Ordre du Chardon Armorial de l'Ordre de la Jarretière Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit Armorial de l'Ordre de Saint-Louis Armorial de l'Ordre de la Toison d'Or Armorial des Chevaliers de la Table ronde

Rechercher sur mes blogs

 
Pour plusieurs arrondissements, je commence à arriver au bout des lieux auxquels j'ai pu associer des armoiries.
Si vous avez des idées d'ajouts, n'hésitez pas à m'en faire part,
avec l'onglet "Suggestions".
Merci d'avance.
Par ailleurs, vos commentaires sont toujours les bienvenus.
 
Pour rappel, l'accès rapide et la navigation entre mes différents blogs s'effectuent aisément par l'intermédiaire des icônes reprises systématiquement juste au-dessus du titre principal de chacun des blogs.


Pour rappel aussi, les publications peuvent être postées sur n'importe lequel de ces blogs, selon mon humeur. Pensez à faire un tour régulier sur chacun d'eux.

Caulaincourt (rue)

Ouverte en 1867, cette rue porte dès l'origine le nom de celui qui fut un des grands soldats, diplomates et hommes politiques du 1er Empire.

Armand Augustin Louis de Caulaincourt
(Caulaincourt, 9 décembre 1773 - Paris, 19 février 1827)
Duc de Vicence et de l'Empire (1808)
Général de Brigade (1803), puis Général de Division (1805)
Grand-Ecuyer de l'Empire (1804)
Ambassadeur de France en Russie (1807)
Sénateur de l'Empire (1813)
Ministre des Relations extérieures (1813 et 1815)

4 commentaires:

  1. Quel dommage qu'il ai renoncé aux belles armes de sa maison pour ce montage assez déséquilibré et peu lisible (ajout du sauvage et du chef semé d'étoiles) !

    RépondreSupprimer
  2. Le chef au semé d'étoiles était une obligation héraldique. En effet, il est la marque du rang ducal dans le système héraldique napoléonien.
    En revanche, vous avez raison, l'ajout du sauvage est un ajout "optionnel" par rapport aux armes familiales d'origine.

    RépondreSupprimer
  3. Ce système a quand même conduit à beaucoup de surcharge héraldique. Le sauvage est clairement de trop dans un espace aussi réduit. Enfin bon, c'était le choix du titulaire.

    RépondreSupprimer
  4. Le sauvage est à l'origine l'un des deux tenants du blason historique des Caulaincourt, qui est venu squatter l'écu aux temps napoléoniens (le blason originel était d'or au chef de sable depuis le XIVe siècle); le coq évoque la première syllabe du nom : co (ou cau) en picard. Ce qui ne rend pas, pour autant, le blason plus harmonieux dans sa façon Empire, convenons-en. Ce blason a été repris récemment par la commune, qui l'a imprimé sur ses plaques de rues. Bon, c'est son choix. Mais le Grand écuyer de l'Empereur a fait oublier tous les autres Caulaincourt !

    RépondreSupprimer

FACEBOOK

Héraldique européenne et l'ensemble de mes blogs associés ont maintenant leur page Facebook officielle.
Retrouvez toute l'actualité de mes blogs à l'adresse suivante :

https://www.facebook.com/pages/Héraldique-européenne/602489059772729

Arnaud BUNEL

 

YOUTUBE

Héraldique européenne et l'ensemble de mes blogs associés ont maintenant leur chaine Youtube officielle.
Retrouvez toute mes vidéos héraldiques à l'adresse suivante :

https://www.youtube.com/channel/UCJYgvdR-bYPaz3jTBbPhT6g

Arnaud BUNEL