-
Héraldique européenne... le blog Armorial des Cardinaux Manuel d'héraldique ecclésiastique Armorial des Maréchaux de France Armorial du Premier Empire Manuel d'héraldique napoléonienne Armorial des communes de France Armorial des Arts et Sciences Armorial des rues de Paris Armorial de l'Ordre de l'Aigle noir Armorial de l'Ordre de l'Annonciade Armorial de l'Ordre du Chardon Armorial de l'Ordre de la Jarretière Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit Armorial de l'Ordre de Saint-Louis Armorial de l'Ordre de la Toison d'Or Armorial des Chevaliers de la Table ronde

Rechercher sur mes blogs

 
Pour plusieurs arrondissements, je commence à arriver au bout des lieux auxquels j'ai pu associer des armoiries.
Si vous avez des idées d'ajouts, n'hésitez pas à m'en faire part,
avec l'onglet "Suggestions".
Merci d'avance.
Par ailleurs, vos commentaires sont toujours les bienvenus.
 
Pour rappel, l'accès rapide et la navigation entre mes différents blogs s'effectuent aisément par l'intermédiaire des icônes reprises systématiquement juste au-dessus du titre principal de chacun des blogs.


Pour rappel aussi, les publications peuvent être postées sur n'importe lequel de ces blogs, selon mon humeur. Pensez à faire un tour régulier sur chacun d'eux.

Gramont (rue de)

C'est en 1726 que le projet d'ouverture de cette voie, sur l'emplacement de l'Hôtel de Gramont, est pris par la Duchesse douairière de Gramont et le Duc de Noailles, exécuteurs testamentaires du Maréchal de Gramont. Ce ne sera toutefois qu'en 1765 que ce projet sera exécuté.

Antoine V de Gramont
(15 novembre 1671 – Paris, 16 septembre 1725)
Comte de Guiche, puis Duc de Gramont (dit de Guiche av.1720) et Pair de France (1695), Souverain de Bidache, Comte de Louvigny, Baron d’Andouins et d’Hagetmau, Seigneur de Lesparre
Gouverneur de Béarn et de Navarre (1712)
Membre du Conseil de la Guerre (1715), du Conseil de Régence (1715)
Mestre-de-Camp Général (1696), puis Colonel-Général des Dragons (1703)
Colonel des Gardes Françaises (1704)
Maréchal de Camp (1702), puis Lieutenant-Général (1704),
puis Maréchal de France (1724)

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    J'imagine que "souverain" est bien plus fort que "seigneur" de Bidache. Y a-t-il une raison particulière à cette situation que j'imagine exceptionnelle ? Je pense notammenet à la "royauté" d'Yvetot, pourtant petit pays cauchois.
    Merci de votre réponse.
    Leolag

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, on peut le considérer comme "plus fort". Ce Seigneur souverain disposait de droits supérieurs à ceux d'un seigneur ordinaire. En particulier, en terme de justice, de monnaie, d'impôts... Pour autant, cela ne l'empêchait pas d'être le vassal d'un Roi, simplement dans ce genre de situation, il était souvent vassal direct du Roi, malgré la petitesse de son territoire, et non par l'intermédiaire d'un autre suzerain.
    Après, chaque cas était différent l'un de l'autre, dans les zones frontalières l'autonomie de ces "Souverains" était souvent plus importante, justement parce qu'ils pouvaient jouer de leur position géographique, au coeur des territoires elles était généralement plus symbolique. Vous citer Yvetot dont la souveraineté était toute symbolique et même partiellement mythique, à l'inverse celle d'Henrichemont et Boisbelle (créée pour Sully en plein Berry) était plus importante... Comme je le disais, c'était du cas par cas.

    RépondreSupprimer

FACEBOOK

Héraldique européenne et l'ensemble de mes blogs associés ont maintenant leur page Facebook officielle.
Retrouvez toute l'actualité de mes blogs à l'adresse suivante :

https://www.facebook.com/pages/Héraldique-européenne/602489059772729

Arnaud BUNEL

 

YOUTUBE

Héraldique européenne et l'ensemble de mes blogs associés ont maintenant leur chaine Youtube officielle.
Retrouvez toute mes vidéos héraldiques à l'adresse suivante :

https://www.youtube.com/channel/UCJYgvdR-bYPaz3jTBbPhT6g

Arnaud BUNEL