-
Héraldique européenne... le blog Armorial des Cardinaux Manuel d'héraldique ecclésiastique Armorial des Maréchaux de France Armorial du Premier Empire Manuel d'héraldique napoléonienne Armorial des communes de France Armorial des Arts et Sciences Armorial des rues de Paris Armorial de l'Ordre de l'Aigle noir Armorial de l'Ordre de l'Annonciade Armorial de l'Ordre du Chardon Armorial de l'Ordre de la Jarretière Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit Armorial de l'Ordre de Saint-Louis Armorial de l'Ordre de la Toison d'Or Armorial des Chevaliers de la Table ronde

Rechercher sur mes blogs

 
Pour plusieurs arrondissements, je commence à arriver au bout des lieux auxquels j'ai pu associer des armoiries.
Si vous avez des idées d'ajouts, n'hésitez pas à m'en faire part,
avec l'onglet "Suggestions".
Merci d'avance.
Par ailleurs, vos commentaires sont toujours les bienvenus.
 
Pour rappel, l'accès rapide et la navigation entre mes différents blogs s'effectuent aisément par l'intermédiaire des icônes reprises systématiquement juste au-dessus du titre principal de chacun des blogs.


Pour rappel aussi, les publications peuvent être postées sur n'importe lequel de ces blogs, selon mon humeur. Pensez à faire un tour régulier sur chacun d'eux.

Birague (rue de)

Le Cardinal de Birague, né milanais puis naturalisé français fut non seulement un influent Ministre de Charles IX et d’Henri III, mais aussi plus globalement l’un des plus farouches soutiens du parti catholique en cette époque des Guerres de Religion.

René de Birague
(Milan, 3 février 1507 – Paris, 24 novembre 1583)
Abbé de Flavigny, de Longpont, de Saint-Pierre de Sens
Evêque de Lodève (1574)
Cardinal-Prêtre (1578)
Conseiller d’Etat
Surintendant des Finances (1568),
Garde des Sceaux de France (1570)
Chancelier de France (1573)


Beaumarchais (boulevard)

Cette voie ouverte en 1670 sur les ruines de l'enceinte de Charles V portera les noms de Le cours, puis de boulevard Saint-Antoine ou boulevard de la Porte Saint-Antoine, avant, en 1831, de recevoir celui du célèbre auteur du Mariage de Figaro ou du Barbier de Séville, qui possédait un hôtel particulier à l'angle du boulevard Richard-Lenoir et du présent boulevard.

Pierre-Augustin Caron puis Caron de Beaumarchais
(Paris, 24 janvier 1732 - Paris, 18 mai 1799)
Ecrivain, Musicien, Homme d'affaires et Poète


Antin (rue d')

Cette rue ouverte en 1713, aboutissait rue Saint-Augustin, pratiquement en face de l’hôtel particulier du Duc d’Antin, alors Directeur Général des Bâtiments du Roi.

Louis Antoine de Pardaillan de Gondrin
(Paris, 5 septembre 1665 – Paris, 2 novembre 1736)
Marquis d’Antin, de Gondrin, de Montespan,
puis Duc d’Antin et Pair de France (1711),
Seigneur des Duchés d’Epernon et de Bellegarde
Maréchal de Camp (1696), puis Lieutenant-Général (1702)
Gouverneur de l’Orléanais (1707)
Directeur Général et Surintendant des Bâtiments du Roi (1708)
Président du Conseil du Dedans (1715)
Membre du Conseil de Régence (1718)
Ministre d’Etat (1733)

Catinat (rue)

Cette rue, située à proximité de la Place des Victoires, est un hommage à ce Maréchal de France, justement un des artisans de ces victoires de Louis XIV.

Nicolas Catinat
(Paris, 1er septembre 1637 – Saint-Gratien, 23 février 1712)
Seigneur de Saint-Gratien
Gouverneur du Luxembourg (1687)
Maréchal de Camp (1680), puis Lieutenant-Général (1688)
Maréchal de France (1693)

Davout (boulevard)

C'est en 1864 que cette section de l'ancienne Rue Militaire, reçoit le nom du Maréchal Davout, pour ainsi former une partie de l'actuel "Boulevard des Maréchaux". Ce grand soldat reste notamment connu comme le vainqueur de la bataille d'Auerstaedt, qui le même jour que celle d'Iéna, détruisit ou captura pratiquement toute la réserve prussienne pourtant trois fois supérieure en nombre.


Louis Nicolas d’Avout dit Davout
(Auxonne, 10 mai 1770 – Paris, 1er juin 1823)
Duc d’Auerstaedt et de l’Empire (1808),
Prince d’Eckmülh et de l’Empire (1809),
Duc d’Auerstaedt et Pair de France (1823)
 Colonel-Général des Grenadiers à Pied (1804)
Gouverneur-Général du Grand-Duché de Varsovie (1807)
Pair de France (1815 et 1819)
Ministre de la Guerre (1815)
Général de Brigade (1794), puis Général de Division (1800)
 Maréchal de l’Empire (1804, confirmé Maréchal de France en 1815)



Aubervilliers (rue d')

Située à la limite des 18e et 19e arrondissement, cette rue qui autrefois marquait la limite entre les communes de La Chapelle et de La Villette doit son nom à la commune d'Aubervilliers vers laquelle elle allait.

Aubervilliers
Commune de Seine-Saint-Denis

Affre (rue)

Cette rue qui mène à l’Eglise Saint-Bernard porte depuis 1864 le nom de l'Archevêque de Paris, mort lors des journées révolutionnaires de 1848.

Denis Auguste Affre de Saint-Rome
(Saint-Rome-de-Tarn, 28 septembre 1793 – Paris, 27 juin 1848)
Vicaire-Général de Luçon (1822), puis d’Amiens, puis de Paris (1839)
Evêque titulaire de Pompeïopolis, coadjuteur de Strasbourg (1840),
puis Archevêque de Paris (1840)

Niel (avenue)

C'est en 1875 que cette avenue reçoit le nom du Maréchal Niel, ancien Ministre de la Guerre et ancien héros de Sébastopol,

Adolphe Jean Casimir Niel
(Muret, 4 octobre 1802 – Paris, 13 août 1869)
Sénateur
Président du Conseil-Général de Haute-Garonne
Général de Brigade (1849), puis Général de Division (1853)
Maréchal de France (1859)
Ministre de la Guerre (1867) 

Barcelone (place de)

C'est en 1961 que cette place reçoit le nom de la capitale catalane.

Barcelone
Capitale de la communauté autonome de Catalogne

Cadix (rue de)

C'est en 1912 qu'est ouverte cette rue rendant hommage à la grande ville andalouse.

Cadix
Commune de la communauté autonome d'Andalousie

Cassini (rue)

C’est tout naturellement par une rue située devant l’Observatoire de Paris, qu’il dirigea à partir de 1671, et que ses fils, petit-fils et arrière-petit-fils, dirigeront à leur tour, que cet astronome et ingénieur génois naturalisé français, est ici honoré.

Jean-Dominique (Giovanni Domenico) Cassini
(Perinaldo, 8 juin 1625 – Paris, 14 septembre 1712)
Membre de l’Académie Royale des Sciences (1669)
Directeur de l’Observatoire de Paris (1671)


André-Pieyre-de-Mandiargues (rue)

Cet écrivain et poète français, né et mort à Paris, a notamment obtenu, en 1967, le Prix Goncourt pour son roman La Marge.

André Pieyre-Lacombe de Mandiargues
(Paris, 14 mars 1909 - Paris, 13 décembre 1991)
Ecrivain, Poète et Essayiste


Chablis (rue de)

C'est à proximité des anciens entrepôts de vin de Bercy que cette rue porte depuis 1879 le nom de cette fameuse commune viticole bourguignonne.

Chablis
Chef-lieu de canton de l'Yonne

Nice (rue de)

C'est peu après 1860, date de l'annexion du Comté de Nice à la France, que cette rue fut ainsi baptisée.

Nice
Chef-lieu du département des Alpes-Maritimes

Fénelon (rue)

Cet Archevêque de Cambrai, mais aussi écrivain et critique, se montrait aussi un adversaire de la dérive absolutiste de Louis XIV, souhaitant, comme Saint-Simon, que l’Aristocratie puisse de nouveau jouer son rôle de contre-pouvoir, tout cela en soulignant les devoirs du Roi et de la Noblesse envers le Peuple. On notera avec intérêt que la rue qui lui rend hommage, depuis 1844, longe par l’ouest l’Eglise Saint-Vincent de Paul, tandis que la mémoire de Bossuet, son grand adversaire, dans la querelle du quiétisme, se trouve honorée par la rue parallèle longeant à l’est cette même église.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon
(Fénelon, 6 août 1651 – Cambrai, 7 janvier 1715, Cambrai)
Abbé de Saint-Valery
Archevêque de Cambrai et Prince du Saint-Empire (1695)
Membre de l’Académie Française – Fauteuil n°34 (1693)

Bossuet (rue)

Le fameux "Aigle de Meaux" reste dans l’imaginaire collectif comme le grand spécialiste des oraisons funèbres, mais il était aussi sur un plan politique, l’un des plus ardents défenseurs, pour ne pas dire théoricien, du Gallicanisme, si cher à Louis XIV. C’est donc logiquement, que l’on retrouve, depuis 1844, son nom associé à cette rue voisine de l’église Saint-Vincent-de-Paul, et l’on notera avec intérêt que la rue parallèle, se trouvant de l’autre côté de cette église, est consacrée à Fénelon, son grand adversaire dans la querelle du quiétisme.

Jacques Bénigne Bossuet
(Dijon, 27 septembre 1627 – Paris, 12 avril 1704)
Evêque de Condom (1670),
puis Evêque de Meaux (1681)
Précepteur du Grand Dauphin (1670)
Membre de l’Académie Française – Fauteuil n°37 (1635)

Anvers (place d')

C'est en 1877, en hommage à la prise de cette ville belge par l'armée française en 1832, que l'ancienne Place Turgot est rebaptisée Place d'Anvers.

Anvers (Antwerpen)
Chef-lieu de la province belge d'Anvers

Albert Ier (cours)

C'est en 1918, que cette voie parisienne reçoit le nom du Roi des Belges, grand alliés de la France durant la 1re Guerre Mondiale.

Albert Ier Wettin puis de Belgique
(Bruxelles, 8 avril 1875 - Marche-les-Dames, 17 février 1934)
Prince de Saxe-Cobourg-Gotha, Duc en Saxe
Prince héritier de Belgique,
puis Roi des Belges (1909)

Sèvres (rue de)

C'est depuis au moins le XIVe siècle que cette voie, puis cette rue, porte le nom de la commune vers laquelle elle menait.

Sèvres
Commune des Hauts-de-Seine

Lyautey (rue)

Ce Maréchal de France reste notamment célèbre dans l’histoire pour son action de pacification et d’organisation du protectorat français du Maroc, combinant la rigueur à l’humanité. Cette rue reçoit son nom dès 1938.

Louis Hubert Gonzalve Lyautey
(Nancy, 17 novembre 1854 – Thorey, 21 juillet 1934)
Membre de l’Académie Française (1912)
Résident-Général au Maroc (1912)
Ministre de la Guerre (1916)
Général de Brigade (1903), puis Général de Division (1907)
Maréchal de France (1921)

Corneille (rue)

Ouverte en 1780, c'est très logiquement à proximité du Théâtre de l'Odéon qu'est située cette rue rendant hommage au célèbre dramaturge.

Pierre Corneille
(Rouen, 6 juin 1606 - Paris, 1er octobre 1684)
Membre de l’Académie Française (1647)
Auteur dramatique


Dolomieu (rue)

Cette courte rue ouverte en 1879 et prend le nom du célèbre géologue français, en raison de la proximité du Muséum d'histoire naturelle de Paris.

Déodat Sylvain Guy Tancrède Gratet de Dolomieu
(Gratet, 23 juin 1750 - Curbigny, 28 novembre 1801)
Membre de l'Académie des Sciences (1795)
Géologue et Minéralogiste


Charles-V (rue)

Cette rue est située au voisinage de l'ancien Hôtel Saint-Paul créé par Charles V. Ce n'est toutefois qu'en 1864 qu'elle reçoit ce nom.

Charles V le Sage de Valois
(Vincennes, 21 janvier 1338 - Beauté-sur-Marne, 16 septembre 1380)
Prince de France
Dauphin du Viennois (1350), puis Roi de France (1364)

Franche-Comté (rue de)

C'est dans un quartier largement consacré aux provinces françaises que se situe cette voie ouverte en 1882, sur l'emplacement de l'ancien Hôtel de Marcilly.

Franche-Comté
Province française

Marie-Stuart (rue)

C’est en 1809, en référence à une anecdote historique et en réalité surtout pour des raisons liées à la politique de Napoléon vis-à-vis du Royaume-Uni, que cette Reine d’Ecosse, mais aussi, et on l’oublie parfois, éphémère Reine de France par son mariage avec François II, a vu son nom associé à cette rue parisienne.

Marie Ire Stuart
(Linlithgow, 8 décembre 1542 - Fotheringhay, 8 février 1587)
Princesse d'Ecosse
Reine d'Ecosse (1542-1567)
Dauphine consort du Viennois (1558),
puis Reine consort de France (1559) par son premier mariage

Bailleul (rue)

Ce membre de la Chambre des Comptes de Paris, demeure dans cette rue, lorsque son nom lui est donné en 1423.

Robert Bailleul
( ? - ap.1423 )
Ecuyer
Auditeur à la Chambre des Comptes de Paris (1418)

Florian (rue)

La mémoire de cet homme de lettres, membre de l’Académie Française, notamment célèbre pour ses poésies au ton pastoral, et décédé des suites de son incarcération sous la Terreur, est honoré par le nom cette rue depuis 1867.
Si l'homme de nos jours est un peu oublié, plusieurs de ses maximes ou morales sont maintenant passées dans le langage commun. Ainsi, c'est à lui que l'on doit notamment :
- Chacun son métier, les vaches seront bien gardées.
- Rira bien qui rira le dernier
- L'asile le plus sur est le sein d'une mère
- Plaisir d'amour ne dure qu'un moment, chagrin d'amour dure toute la vie
- Pour vivre heureux vivons caché

Jean-Pierre Claris de Florian
(Florian, 6 mars 1755 - Sceaux, 19 septembre 1794)
Membre de l’Académie Française (1788)
Auteur dramatique, Romancier, Poète et Fabuliste


Aquitaine (square d')

Cette voie privée a été ouverte en 1934 sur l'emplacement de l'ancien bastion 24.

Aquitaine
Province française

Guadeloupe (rue de la)

C'est en 1877, peu après son ouverture, que cette rue reçoit le nom de ce département d'outre-mer.

Guadeloupe
Département français d'outre-mer



Clichy (avenue de)

Cette grande artère occupe pour partie l'ancien chemin qui menait de Paris à la ville de Clichy.

Clichy
Chef-lieu de canton des Hauts-de-Seine

Dangeau (rue)

C’est ici d’abord l’auteur des Mémoires, ouvrage connu de tous les historiens du règne de Louis XIV et de la Régence, qui est ici honoré ce quartier largement dédié aux écrivains.

Philippe de Courcillon
(Dangeau, 21 septembre 1638 – Paris, 9 septembre 1720)
Marquis de Dangeau, Comte de Mesle, de Civray, Baron de Sainte-Hermine, de Saint-Armand, de Bressuire, Seigneur de Chausseroy, de Bourdousière
Gouverneur de Touraine (1667)
Conseiller d’Etat (1696)
Chevalier d’Honneur de la Dauphine (1685), puis de la Duchesse de Bourgogne (1697)
Membre de l’Académie Française (1667),
Membre de l’Académie Royale des Sciences (1704)
Grand-Maître de l’Ordre de Saint-Lazare et de Notre-Dame du Mont-Carmel (1693)


Bausset (rue)

C’est au voisinage de l’Eglise Saint-Lambert que cette grande figure du monde ecclésiastique français du XIXe siècle est honorée.



Louis François de Bausset-Roquefort
(Pondichéry, 14 décembre 1748 – Paris, 21 juin 1824)
Evêque d’Alès (1784)
Chanoine de Saint-Denis (1806)
Baron de Bausset et de l’Empire (1808),
puis Duc de Bausset et Pair de France (1817)
Membre de l’Académie Française (1816)
Président du Conseil Royal de l’Instruction Publique (1815)
Ministre d’Etat (1821)
Cardinal-Prêtre (1817)


Châtillon (rue de)

Cette rue doit son nom au voisinage de l'ancienne avenue de Châtillon, aujourd'hui avenue Jean-Moulin, qui comme son nom l'indique allait vers la commune de Châtillon.

Châtillon
Chef-lieu de canton des Hauts-de-Seine

Baudricourt (rue)

En 1429, alors Capitaine (Gouverneur militaire) de Vaucouleurs, c’est lui qui fait conduire à Chinon, Jeanne d’Arc auprès du Roi Charles VII. C’est au cœur d’un quartier largement consacré à la Guerre de Cent-Ans que se situe cette rue.

Robert de Baudricourt
( ? – v. novembre 1454)
Seigneur de Baudricourt et de Blaise
Bailli de Chaumont et Capitaine de Vaucouleurs
Conseiller et Chambellan du Roi

Harlay (rue de)

Dans le cadre de l’aménagement de ce qui était alors le tout nouveau "Pont Neuf", le Président de Harlay avait reçu en 1607, du Roi Henri IV, les terrains de l’ancien "Verger du Roi", à charge pour lui de les transformer en une place résidentielle. Tandis que l’on donnait à la place le nom du Dauphin la rue, qui la bordait, reçut le nom de ce Président du Parlement de Paris.

Achille de Harlay
(7 mars, 1536 – 23 octobre 1616)
Comte de Beaumont
Conseiller d’Etat (1572)
Président à Mortier (1572), puis Premier Président au Parlement de Paris (1582)

Vert-Galant (square du)

Ce square occupe sur l’île de la Cité, la pointe occidentale de l’ancien "Verger du Roi", cédé en 1607 par le Roi Henri IV, au Président de Harlay (cf. Place Dauphine et Rue de Harlay).

Henri IV de Bourbon
(Pau, 13 décembre 1553 – Paris, 14 mai 1610)
Prince de Viane et Duc de Beaumont, puis Duc de Vendôme et Pair de France (1562),
Roi Henri III de Navarre (1572), Duc d’Albret et Pair de France (1572), Prince de Béarn (1572), Comte de Foix et Pair de France (1572),
puis Roi de France et de Navarre (1589)

Dijon (rue de)

Ouverte en 1877, c'est en 1879 que cette rue située au voisinage des anciens dépôts de vins de Bercy reçoit le nom de la capitale bourguignonne.

Dijon
Chef-lieu de la Côte-d'Or et de la Bourgogne

Philippe-Auguste (avenue)

C'est en 1864 que cette rue reçoit le nom de l'ancien Roi de France. dont la statue est érigée sur l'une des colonnes de la place de la Nation voisine.

Philippe II Auguste
(Gonesse, 21 août 1165 - Mantes, 14 juillet 1223)
Prince de France
Roi de France associé (1179), puis Roi de France (1180)

Franz-Liszt (place)

La place Franz-Liszt a été ouverte en 1822 sur les terrains de l'enclos Saint-Lazare. Elle reçut en 1825 le nom de Charles X, remplacé en 1830 par celui de La Fayette, puis Bossuet en 1842, et à nouveau en La Fayette, en raison de la rue du même nom qui la traverse. Elle fut finalement baptisée en 1962 place Franz Liszt en l'honneur du célèbre compositeur et héros national hongrois.

Franz (Ferenc) Liszt
(Doborján, 22 octobre 1811 - Bayreuth, 31 juillet 1886)
Compositeur, transcripteur et pianiste virtuose


Amsterdam (rue d')

C'est au sein du quartier de l'Europe que cette rue reçoit en 1826 le nom de la capitale néerlandaise.

Amsterdam
Capitale du Royaume des Pays-Bas

Guyenne (square de la)

C'est peu après son ouverture en 1932, que cette petite voie reçut le nom de cette province française.

Guyenne
Province française

Luynes (rue de)

En 1679, le Duc de Luynes hérite de sa mère, la Duchesse de Chevreuse, d’un bel hôtel particulier, à l’emplacement duquel, a été notamment ouverte, en 1901, cette rue. On notera que, cas rare, l’hôtel fut conservé dans la famille jusqu’à sa démolition en 1900.

Louis Charles d'Albert
(Paris, 25 décembre 1620 – Paris, 10 octobre 1690)
Duc de Luynes et Pair de France (1621),
Marquis d’Albert, Comte de Tours, Duc de Chevreuse (1663)
Grand-Fauconnier de France (1643)

Alsace (villa d')

C'est en 1926, que cette petite impasse parisienne, reçoit le nom de cette province française.

Alsace
Province française

Cicé (rue de)

C’est, dès son ouverture en 1867, que cette rue située au voisinage immédiate de l’église Notre-Dame des Champs a reçu le nom de cet ancien Archevêque de Bordeaux et d’Aix-en-Provence.

Jérôme Marie Champion de Cicé
(Rennes, 3 septembre 1735 – Aix-en-Provence, 22 août 1810)
Comte Champion de Cicé et de l’Empire (1808)
Garde des Sceaux de France (1789)
Abbé de Chantemerle (1760), de La Grasse (1780), d’Ourscamps (1785)
Vicaire-Général d’Auxerre (1761)
Evêque-Comte de Rodez (1770),
puis Archevêque de Bordeaux (1781),
puis Archevêque d’Aix (1802)

Hôtel-Colbert (rue de l')

Le fameux Ministre de Louis XIV possédait un hôtel particulier au n°20 de cette rue ouverte depuis 1202.

Jean-Baptiste Colbert
(Reims, 29 août 1619 – Paris, 6 septembre 1683)
Marquis de Seignelay,
Seigneur de Sceaux, de Châteauneuf-sur-Cher, de Linières, de Cheny, de Beaumont
Surintendant-Général des Postes et Relais (1661),
Surintendant-Général des Bâtiments du Roi (1664),
Surintendant-Général des Arts et Manufactures de France (1664),
Surintendant-Général des Mines et Minières de France (1670),
Contrôleur-Général des Finances (1665),
Secrétaire d’Etat à la Maison du Roi (1669),
Secrétaire d’Etat à la Marine (1669),
Principal Ministre de facto (1669)

Aveyron (square de l')

Cette voie privée ouverte en 1932 rend hommage tout à la fois la rivière, affluent du Tarn, et au département éponyme.

Aveyron
Département français


Léopold-II (avenue)

Cette voie ouverte en 1928 sur les terrains de l'ancien couvent de l'Assomption rend hommage au Roi des Belges.

Léopold II Wettin
(Bruxelles, 9 avril 1835 - Laeken, 17 décembre 1909)
Prince de Saxe-Cobourg-Gotha, Duc en Saxe
Duc de Brabant, Prince de Belgique,
puis Roi des Belges (1865), Roi du Congo (1885)

Cardinal-Verdier (square du)

C’est par cet agréable square ombragé, que la mémoire de cet ancien Archevêque de Paris est honorée. On rappellera que ce square entoure l’église Saint-Antoine-de-Padoue dont le Cardinal Verdier supervisa la construction entre 1934 et 1936.

Jean Verdier
(Lacroix-Barrez, 19 février 1864 – Paris, 9 avril 1940)
Général des Sulpiciens (1926)
Vicaire-Général de Paris (1929)
Protonotaire Apostolique (1929)
Archevêque de Paris (1929)
Cardinal-Prêtre (1929), puis Cardinal de Sainte-Balbine (1929)


Général-Leclerc (avenue du)

Ce héros de la France-Libre, du "Serment de Koufra" à la Libération de Strasbourg, en passant par le Débarquement de Normandie et la Libération de Paris, méritait une telle avenue pour l’honorer.

Philippe François Marie de Hauteclocque puis Leclerc de Hauteclocque
(Belloy-Saint-Léonard, 22 novembre 1902 – près Colomb-Béchar, 28 novembre 1947)
Comte de Hauteclocque
Gouverneur-Général du Cameroun (1940),
Délégué-Général en Indochine (1945)
Général de Brigade (1941), puis Général de Division (1943),
puis Général de Corps d’Armée (1945), puis Général d’Armée (1946)
Maréchal de France (1952 – à titre posthume)


Jeanne-d'Arc (rue)

Cette fameuse "Héroïne française", symbole classique de toutes les formes de résistance nationale, occupe ici le centre d’un quartier dédié à la Guerre de Cent-Ans.

Sainte Jeanne d’Arc
(Domrémy, 6 janvier 1412 – Rouen, 30 mai 1431)
Héroïne française

FACEBOOK

Héraldique européenne et l'ensemble de mes blogs associés ont maintenant leur page Facebook officielle.
Retrouvez toute l'actualité de mes blogs à l'adresse suivante :

https://www.facebook.com/pages/Héraldique-européenne/602489059772729

Arnaud BUNEL

 

YOUTUBE

Héraldique européenne et l'ensemble de mes blogs associés ont maintenant leur chaine Youtube officielle.
Retrouvez toute mes vidéos héraldiques à l'adresse suivante :

https://www.youtube.com/channel/UCJYgvdR-bYPaz3jTBbPhT6g

Arnaud BUNEL